« L’injustice sociale est une évidence si familière, elle est d’une constitution si robuste,
Qu’elle paraît facilement naturelle à ceux
qui en sont victimes »

                    Marcel Aymé

 

 

 

 

 

 

 

 

  N ‘oubliez de signer la pétition pour l ‘élevage émanant d ‘un collectif d éleveurs http://www.petitionpublique.fr/PeticaoVer.aspx?pi=P2013N37242.       Posté le : 13.03.2013…      
         13 août 2013 10:33:11 :: Bonne fête , Hippolyte , Radegonde
dre

INF# = 377 .
Envoyé le: 16.05.2011.

Bruno Le Maire affirme s’opposer à la suppression des quotas en 2015.

À l’occasion du bicentenaire de la betterave sucrière, le 11 mai, la CGB (confédération des planteurs) a présenté un livre blanc s’attachant à démontrer la nécessité de maintenir l’organisation actuelle au moins jusqu’à 2020. Le livre blanc présente aussi, expliquait le président de la CGB Éric Lainé “une stratégie pour reprendre pied sur le marché mondial” passant notamment par des progrès en sélection génétique. “Je suis totalement opposé à la suppression des quotas en 2015” a assuré le ministre de l’agriculture Bruno Le Maire se disant prêt à défendre le maintien des trois volets de l’organisation du marché : les quotas, le prix minimum et les accords interprofessionnels.




“La naissance de la contractualisation,
les parents: Dominique Bussereau et Henri Brichard.
Doc1.

++ZOOM++
Doc2

Doc3


Doc5



Les documents ci-dessus forment un tout dont nous garantissons l’authenticité. Nous nous  excusons de leur mauvaise qualité dont voici l’explication: le document “princeps” a été surligné ensuite photocopié; la photocopie ne reconnaissant pas les couleurs, les teintes de sur lignage sont devenues  noires, de la même couleur que les caractères du texte qu’au lieu de mettre en exergue, elles voilent.
Si certains d’entre vous arrivent à déchiffrer des parties de ce palimpseste qu’ils contactent le webmaster à l’adresse suivante: [email protected]
Merci.


 Interprétation des parties voilées par le sur-lignage par Nathalie LETREZ, APLI 62. Mille remerciements !!!

Doc 1 : 1/ il m’a semblé      2/ groupe informel      3/ était en marche       4/ le niveau de productivité      5/ qu’un dispositif joint       6/ de contractualisation des relations entre les producteurs et les transformateurs   7/ d’organisations du secteur
8/ une nécessaire régulation de la production      9/ interprofession fortement ???
 
Doc 2 : 1/ convoitise accès sur les terres disponibles    2/ accidents climatiques    3/ OK    4/ des pays de commerçants    5/ et de …   ses investissements en … de quotats
 6/ situation monopolistique    7/ ou de péréquation entre des valorisations obtenues sur les marchés.    8/ d’abandonner sa production laitière   
 
Doc 3 : 1/ suppressions des restitutions dès 2013      2/ les dispositions à proposer pour s’assurer de la bienveillance ou de la neutralité des délégations françaises     3/constituer demain des bassins de production laitière     4/ …     5/ pays de l’Europe du nord déjà confrontés à l’exigibilité de leurs territoires et aux problèmes …



Partager : Bookmark and Share

foot
INF# = 376 .
Envoyé le: 13.05.2011.

Le JT de l’ APLI : Pascal MASSOL, Mai 2011.





Avec la sécheresse, le Charentais Philippe Varacher n’a plus le choix. La semaine prochaine, le camion emportera 20 de ses vaches laitières à l’abattoir. Puis une autre vingtaine avant la fin du mois. archives A. B.



Partager : Bookmark and Share

foot
INF# = 375 .
Envoyé le: 11.05.2011.

Bruxelles, une fois, loin du cul des vaches.

Le quartier européen de Bruxelles concentre sur un territoire restreint l’essentiel de la gouvernance européenne :*

  1. Le pouvoir légal : Parlement, Conseil des ministres et Commissions. Le Conseil des ministres décide, sur des propositions et amendements des différentes Commissions et du Parlement. L’importance du Parlement, issu du scrutin démocratique récent, devrait se confirmée dans l’avenir au détriment des Commissions technocratiques, historiquement « fondatrices » de l’Europe.

  1. Le pouvoir occulte des réseaux d’influence : des moyens et des techniques plus ou moins importants, des résultats confidentiels par nature même, difficilement quantifiables. Ces activités de lobbying ont pignon sur rue ; on peut douter de leur pertinence dans la mesure où leur représentation concerne des intérêts particuliers, proportionnelle à leur surface financière. Ce n’est pas la meilleure garantie ni à la sérénité du débat public et démocratique, ni à la prise de décision.

  1. La concentration du pouvoir et des réseaux d’influence va de pair avec une concentration de matière grise brillante a n’en pas douter. Ce microcosme vit, cependant, en vase clos, relativement déconnecté de la réalité et affiche une auto satisfaction quelque peu arrogante.

Mercredi 4 mai, dans ce contexte, l’EMB, avec l’appui de délégations des différents pays européens, a fait part, devant le Parlement (en présence remarquée de députés) et à la Commission du commerce présentée ultra libérale, de ses remarques et de ses propositions au rapport du député européen James Nicholson eu vue de la proposition du Parlement européen et du Conseil portant sur une régulation du secteur laitier.

    • Le regroupement : mettre les producteurs laitiers sur le même pied d’égalité – les organisations de producteurs peuvent l’assurer – mais uniquement si le degré de concentration est suffisamment élevé. Ce degré, pour être dans la même position de force que les transformateurs pour agir sur le marché, devrait pouvoir s’élever à 30 % au niveau européen, sans restriction à l’échelle nationale. Les propositions de la Commission européenne sont de 3,5 % au niveau européen et 30 % au niveau national : rien à voir avec la concentration actuelle de la transformation qui, au demeurant, n’a aucune limite de regroupement a l’avenir. Le pouvoir des producteurs ferait il peur à ce point de légaliser son atomisation ?

    • Agence d’observation, transparence dans l’application : l’agence d’observation relève dans un premier temps les coûts complets de la production et calcule une plage de prix. Les volumes de production requis pour l’UE peuvent ensuite être définis sur cette base. Selon ce modèle, aucun prix n’est fixé ni prescrit. La formation des prix devrait, comme jusqu’ici, être librement déterminée par le marché. Si la moyenne européenne du prix à la production passe en dessous du seuil défini, la production laitière européenne sera ralentie progressivement jusqu’à ce que le prix à la production se retrouve dans la plage définie. En cas du prix à la production dépassant le plafond, le volume du lait sera augmenté progressivement jusqu’à ce que le prix à la production se retrouve dans la plage définie. La mise en œuvre de la régulation des volumes est dans les mains des organisations de producteurs.

    • Contractualisation : si contractualisation, elle ne peut fonctionner que s’il est respecté des conditions minimales. La fixation d’un prix par acheteur doit s’orienter sur la moyenne des coûts complets calculés par l’agence d’observation et pour tout le volume contractuel, en définissant précisément la durée des contrats. Une négociation de contrats ne peut être équitable que si elle est menée sur un pied d’égalité. Ces contrats ne peuvent être signés qu’entre des transformateurs et des organisations de producteurs explicites qui ne dépendent pas d’une laiterie ; les organisations indépendantes de producteurs doivent donc intervenir en amont des laiteries coopératives (on ne peut, d’ailleurs, plus faire l’économie d’un audit « pertinent » de leur fonctionnement). En outre, les contrats facultatifs (à la discrétion de chaque état membre) proposés par la Commission européenne ouvrent la porte à toutes les dérives : une usine à gaz de plus.

Nous sommes venus, nous avons vus, nous n’avons pas vaincus loin s’en faut, nous avons été l’objet de mépris (l’entrevue à la Commission du commerce a tourné court, au motif de susceptibilité fort mal placée ………………) « C’est loin d’être gagné. » (José Bové)

En marge de cette journée, nous avons assisté en soirée, à une conférence débat sur l’avenir de la PAC organisée à l’université de Louvain, en présence entre autre, d’un enseignant en économie de la dite université. Ce dernier, à défaut, de faire valoir les « bienfaits » du seul marché qui trouvait grâce à ses yeux, à dénier toute forme d’interventionnisme au niveau de la production agricole. Pour, ad fine, nier tout problème économique au niveau de la production et le réduire à un banal et simple problème social qui devait être traité comme tel : l’intelligence humaine dans toute sa splendeur, les éleveurs apprécieront. Le temps des seules lois du marché est compté, la précarisation de la société s’accommodant mal des excès actuels de la spéculation financière. Il est primordial, pour un avenir apaisé, que nous inventions, plus modestement que nous réinventions, ce que l’économie n’aurait jamais dû cesser d’être, l’équilibre entre le travail et le capital.

Sur le métier, il faudra remettre notre ouvrage : Bruxelles deux, trois fois, ……., autant de fois qu’il faudra, pour tout simplement faire valoir notre humanité.


“L’économie n’est pas la réalité. Elle n’est qu’une réduction monstrueuse de nos existences à un plan comptable. Cette monstruosité cache l’horizon tout entier. L’économie n’a pas de réalité et c’est d’elle dont devrait dépendre nos vies ? Nos vies sont liées au pain que l’on a pétri, que l’on mange, au pain que l’on partage et au champ d’où proviennent les grains. L’économie ne mesure pas les vraies richesses, elle comptabilise nos pertes d’humanité.”
Jean-Claude Besson-Girard – Decrescendo cantabile, 2005, page 82


“Il est certes souhaitable qu’un alignement sur les systèmes les plus respectueux des hommes soit un jour réalisé ; la mondialisation souhaitée sera alors tout naturellement obtenue. Mais en voulant la réaliser dans la situation actuelle on met la charrue avant le bœuf. Au lieu de permettre une coopération bénéfique, elle génère une guerre économique généralisée dont la conséquence sera un alignement sur les systèmes sociaux les moins favorables.”
Albert Jacquard – né en 1925 – J’accuse l’économie triomphante – 1995

D’après document EMB, Alain Le Moullec, 10 mai 2011.



Partager : Bookmark and Share

foot

Naviguer dans la page d’accueil



foot

Votre avis nous intéresse: visitez notre blog

 

 rechercherMOTEUR DE RECHERCHE APLI

haut de la page